L'éthique de la friche

Publié le par Friche(s)

Grâce à la création de ce blog, je viens de recevoir une demande de soutien concernant la sauvegarde d'une friche. Il y a en effet des lieux qui témoignent des vestiges d'un autre temps pour lequel il conviendrait de faire preuve d'anamnèse. Pourquoi systématiquement proclamer la table rase ? Pourquoi les pouvoirs publics avec l'aide des promoteurs immobiliers réfléchissent-ils uniquement en vue d'objectifs économiques ?

Pour ma part, j'ai choisi mon camp grâce un proverbe indien. "Celui qui ne connait pas son passé est condamné à la revivre".

Peut-être qu'a la place de construction neuve sans histoire, nous devrions nous servir de ces friches comme de véritable palimpseste. Certains lieux, je pense notamment au charbonnage du Hasard à Chératte, sont protégés sans être pour autant conservés, alors que d'autres sont simplement menacés de démolition. L'exemple suivant est particulièrement éloquent, la richesse de son symbole et de son histoire de semble par avoir besoin d'être démontré. Et pourtant ce bâtiment, rare exemple d'architecture industrielle métallique, risque d'être effacé en lieu et place de ce que notre société favorise, un bel hypermarché et son parvis "parkinguisé".

Peut-être qu'avant d'opter pour cette solution les autorités compétentes devraient se projeter dans un futur sans doute pas si lointain. Que feront-ils de ce type d'architecture pauvre et générique quand nous n'aurons plus besoin de ces temples de l'hyperconsommation ?

Peut-être aurait-on du sauvegarder l'ancienne fabrique Gaupillat... Trop tard, elle n'existe plus...

Si cela vous intéresse de prendre part à la sauvegarde d'une part de notre histoire, lisez ce mail, et faites comme moi, signez la pétition !

 

http://www.association-lafabrique.org/wordpress/wp-content/uploads/2010/10/affiche-petition-sauvons-gaupillat1.jpg

 

Pour la sauvegarde de La Fabrique à Meudon

 Association La Fabrique

Bonjour,
Dernière usine du Val de Seine, l'ancienne Fabrique Gaupillat à Meudon est, aujourd'hui, non seulement le seul symbole de la riche histoire industrielle de ce territoire, situé au sud-ouest de Paris, dans les Hauts-de-Seine, face à l'ile Seguin... mais aussi le dernier exemple local d'une usine à l'architecture métallique, conçue à la fin du XIXe siècle.

L'usine Gaupillat est actuellement menacée de démolition pour laisser place à un parking et un supermarché...

Or, depuis 2005, l'association La Fabrique tente d'y développer un projet de reconversion industrielle durable associant des zones d'activités économiques, culturelles, sportives avec des partenaires associatifs, publics et privés. Un projet viable, porté par la population, existe. Constituée de riverains, de passionnés de culture et de patrimoine, La Fabrique lance un appel à la mobilisation pour que cette usine soit protégée durablement et entre dans le Patrimoine francilien et français.

Une pétition en ligne est lancée : www.association-lafabrique.org
La pétition à reçus près de 700 signatures. 

Il est important que la pétition en ligne recueille le plus de signatures possible afin de sauver ce lieu unique, où, demain, l'on viendra voir à quoi ressemblait une usine au XIXe siècle...

Le patrimoine industriel est constitué de bâtiments qui forment autant de repères fondamentaux dans notre histoire et dans nos paysages ; protégeons-le !

Cordialement
Antoine Monnet
Président La Fabrique


Publié dans Textes

Commenter cet article