FROM "Cheratte Cité" TO "Hasard Center"

Publié le par Friche(s)

Si la stratégie "Bienvenue à Cheratte Cité" et le projet de cette année concernant le "Hasard Center" semblaient intrinsèquement et implicitement liés dans mon esprit, il semble nécessaire de faire le point sur la réelle relation entre ces deux travaux distants d'une année. En effet, pour que le "Hasard Center" ne semble pas être un simple prétexte à faire un projet, et que cette ligne de restructuration envisagée ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe, il convient de clarifier les corrélations entre ces deux projets. 

11-StratégieCHRONO

 

FEEDBACK :

Revenons d'abord sur la stratégie urbaine "Bienvenue à Cheratte Cité". Celle-ci était proposée dans la stricte continuité de nos analyses théoriques et paysagères sur les friches. L'objectif était de porter un regard neuf sur cette problématique en prenant un point de vue global et égalitaire tant sur les friches, que les délaissés, ou le tiers-paysage. Bref cette grande famille des friches que l'on nommait tiers espaces.

02-Friche(s)Neg

À l'instar des actions ultra-ciblées en vogue aujourd'hui dans la reconversion du patrimoine industriel, la stratégie mise en place visait à trouver une solution urbaine pour l'avenir de Cheratte uniquement par une reconsidération de l'ensemble de ces espaces indéterminés. La mise en place de cette stratégie était motivée par l'état global de cette commune, en totale déperdition depuis la fermeture de son charbonnage. Dans ce cas d'étude, dû à l'enclavement extrême du tissu urbain, il aurait été insignifiant de prétendre une renaissance de la cité par une action unique sur le charbonnage. Dans ce contexte, il semblait préférable de répondre aux problématiques de cette commune par une stratégie programmatique, plus que part une classique projection architecturale.

Cheratte Map-Stratégie

Au lieu d'envisager une stratégie qui aurait pris comme point de départ le cas du charbonnage en lui-même, la stratégie prévoyait une action sur celui-ci en tant que point d'orgue. Symboliquement, comme pour en finir par là où tout avait commencé. Le discours sous-tendu par ce processus était de trouver une solution objective. Pour ce faire, il fallait enrayer la réelle cause de l'état actuel de Cheratte et de son délabrement, son enclavement, autant d'un point de vue morphologique qu'infrastructurel. La stratégie dans sa globalité avait pour objectif de stopper cette sclérose territoriale et d'ouvrir des perspectives d'avenir par la création d'un pôle de tourisme alternatif.

ConceptUrba

Pour l'exclusion infrastructurelle, le besoin le plus important était de régénérer la gare de Cheratte (Cheratte Station) et de proposer une première attraction (le jardin du Hasard). Cet argument justifiait la nécessité d'ajouter un degré de définition à la stratégie, en proposant une esquisse pour ces deux premières phases. Cette première étape permettait entre autres une reconnexion longitudinale de Cheratte; avec au nord la liaison ferroviaire vers Visé, puis Maastricht ; au sud la relation avec Liège.

CheratteStation

Concernant l'exclusion géomorphologique, il fallait trouver une solution à la fracture topographique entre Cheratte Bas et Cheratte Haut. C'est en effet les difficultés, voire l'impossibilité d'expansion de la partie basse qui compromettent sérieusement ses perspectives de développement. L'objectif final de la stratégie était donc de se servir du charbonnage comme une liaison altimétrique pour les deux parties de la ville. Cette connexion était symbolisée par la "jetée du Hasard" dont la proposition restait plus que conceptuelle dans sa mise en forme. Pour autant, l'objectif sous-jacent restait de pouvoir créer un axe transversal permettant de rééquilibrer le territoire de cette commune. 

JetéeAsc

 

FOREWARD :

Cette année, le contexte est différent. Il convient donc de réajuster les objectifs en vue de répondre à la thématique de l'année, la ligne. Cet axe transversal conceptuel esquissé lors de la stratégie semblait un cas d'étude intéressant pour associer les enjeux de cette année ainsi que mes propres désirs pour cette ultime année estudiantine. Évidemment le choix de travailler sur le même site, implique une relation avec la stratégie. C'est un peu l'objectif de ce document de clarifier cette relation et ses limites. C'est aussi pourquoi il était nécessaire de synthétiser et de jeter un regard critique sur la stratégie.

01

Premièrement, je dois avouer avoir eu quelques remords, à avoir laissé en friche la partie plus spéculative de la stratégie. Je voudrais déjà rectifier la portée de ce terme utilisé à bon escient certes, mais qui l'année dernière arborait une légère teinte péjorative. Je ne conçois plus cette année le terme de spéculation avec les associations économicofinancières, bien que je ne dénigre pas leur existence au sein de cette phase, mais j'ai objectivement conscience de son improbabilité. En effet plus on se place loin dans la stratégie et donc dans le temps, moins il est possible de mesurer le degré de réalisation d'une action. Pour autant, si cette consommation du territoire est nécessaire pour sauvegarder ce patrimoine, j'estime aujourd'hui que ces un risque à prendre. Et je me lance en quelque sorte un nouveau défi, en envisageant une action cette fois-ci dans la zone du charbonnage, chose que je m'étais interdite l'année dernière. Je me suis en quelque sorte résolu à briser ce dilemme éthique entre l'action et la non-action, puisque par définition un espoir de sauvegarde ne peut se passer que par une action.

 

Puisque cette stratégie était par essence chronologique et que l'année dernière m'a permis d'esquisser les premières étapes afin de vérifier la validité du processus, il semble inévitable de tenter de conclure en esquissant cette fois-ci la dernière phase. Pour rappel, cette ultime étape comportait trois projets, une réhabilitation qualitative du charbonnage, la création d'une connexion planimétrique avec Cheratte-Haut, et pour finir la création d'une connexion altimétrique entre les deux parties de la ville. L'objectif de cette année est donc de rendre viable cette approche en zoom in sur le complexe minier.

04
Concernant la requalification du charbonnage, cette partie a été traitée lors du premier semestre et consistait en une reprogrammation pour la reconversion du complexe dans son ensemble. Ce projet restera au stade d'ébauche programmatique pour soutenir le véritable projet qui lui sera plus détaillé. Cette reprogrammation est aussi une stratégie, qui consiste à proposer une solution alternative de sauvegarde globale du complexe aujourd'hui dans sa majeure partie menacée de destruction. Deux projets existaient, mais ne concernait que la partie classée du charbonnage, la programmation propose de fusionner ces deux hypothèses en les explosant sur l'ensemble du site. D'autres fonctions ont été ajoutées pour constituer une valeur ajoutée, par exemple la reconversion des puits en centrale géothermique permet d'assoir l'ensemble du projet sur une base économique et écologique solide.

 06

Concernant la menace de destruction planant sur la plupart des édifices modernes du complexe, l'ensemble de cette phase a pour objectif d'aboutir à une sauvegarde exhaustive de cette richesse du patrimoine industrielle. Du point de vue de l'archéologie industrielle, il serait terrible en terme de mémoire de détruire la tour d'extraction du puits N°3 principalement, car cet édifice est un attribut indispensable à l'identité du charbonnage du Hasard. Il convient donc de trouver à ce chevalement hybride un rôle qui rend sa destruction inconcevable.

DIRTSPersP3

La piste explorée lors du premier semestre me semble un peu légère en terme d'argumentation, c'est pourquoi ce recul critique sur la stratégie a été nécessaire pour faire ressurgir la piste de la jetée du hasard. Le concept de cette proposition était de réactiver la fonction initiale de ces tours en réintégrant dans sa structure un mécanisme de mobilité, ici un ascenseur permettant un cheminement direct et rapide entre les deux parties de la ville. Cependant, la piste explorer au premier semestre, la promenade linéaire à fleur de coteau ne semblent pas incompatibles, mais plutôt complémentaires.

19

Mon projet pour ce dernier semestre consistera donc à dessiner ces promenades linéaires permettant une connexion urbaine. L'une selon le modèle théorique permettra une connexion douce et terrienne, l'autre rapide et aérienne intégrant la structure de la tour. Ces nouvelles lignes auront pour objectifs de redessiner la mobilité au sien du charbonnage, mais aussi au sein du tissu urbain. Une attention particulière sera posée sur les connexions de ces lignes avec la tour d'extraction, qui permettra un point de liaison entre les hauteurs, le charbonnage via le carreau, mais aussi avec la ville basse sous la dalle.

 

Après les paroles place à l'action...

Publié dans Textes

Commenter cet article